europe

Une bourse contre le diabète

Les travaux de recherche sur le diabète du Professeur Bart Staels ont été récompensés par la bourse ERC Advanced Grant. Un prix remarquable qui salue l’excellence de la recherche fondamentale à Lille.
14 modèles de lunettes We DDD, conçues via une imprimante 3D, sont déjà disponibles.
L'excellence et l'originalité des recherches de Bart Staels lui ont permis d'être lauréat de la bourse ERC.

« Cette bourse va nous permettre d’aller encore plus loin dans nos recherches. C’est très excitant ! » Le Professeur Bart Staels, directeur de l’unité 1011 Inserm, Université de Lille, CHU, Institut Pasteur de Lille, une des 3 unités fondatrices du LABoratoire d’EXcellence (LABEX) European Genomic Institute for Diabetes (EGID), a remporté l’ERC Advanced Grant. La plus haute bourse européenne, qui récompense l’excellence d’un chercheur et l’originalité de ses recherches. EGID s’est fixé la mission « d’identifier les facteurs de risque du diabète et de mieux comprendre les mécanismes d’apparition de ses complications, de prévenir cette maladie invalidante et de mieux traiter les patients ». Dans cette optique, Bart Staels s’intéresse particulièrement aux liens entre régulation du métabolisme et immunité.

Etudier le rôle des acides biliaires sur le métabolisme

La bourse ERC accorde 2,5 millions d’euros sur cinq ans pour continuer le projet « ImmunoBile », qui étudie le lien entre les acides biliaires et le contrôle du métabolisme. L’approche du Professeur Bart Staels consiste à étudier les liens entre les acides biliaires, produits par le foie à partir du cholestérol, et les maladies métaboliques comme le diabète. C’est cette approche originale mêlant plusieurs thématiques qui a permis au Professeur Staels de remporter la bourse ERC. « Nous avons pu établir des liens entre maladies métaboliques et maladies immunitaires. Avec l’ERC, nous allons pouvoir aller vers la compréhension des mécanismes d’action et identifier les voies de signalisation. Il s’agit pour nous de voir si les acides biliaires ont un effet modulateur en agissant sur le système immuno-inflammatoire », explique Bart Staels. Avec l’étude de ces mécanismes encore complètement inconnus, le chercheur espère réaliser d’importantes découvertes pour, à long terme, créer un traitement contre le diabète et l’obésité.

Contact : bart.staels@pasteur-lille.fr