Lauréat de l’ERC Consolidator Grant, Vincent Castric lance le projet NOVEL

Publié le 08 Juin 2016
Université de Lille

Comprendre le rôle des réseaux dans le processus d’évolution
Un verrou actuel en biologie concerne la prise en compte du fait que les systèmes biologiques sont des entités complexes, constituées de nombreux composants (molécules, gènes, cellules, individus, espèces) qui interagissent à des degrés différents au sein de réseaux plus ou moins intégrés. Le temps de floraison d’une plante, par exemple, est déterminé par un réseau comportant au moins une cinquantaine de gènes en interaction. Si les organismes vivants sont le fruit de réseaux si complexes, comment peuvent-ils se modifier au cours du processus d’évolution ? A ce jour, on ignore si ces réseaux peuvent constituer un frein ou au contraire un accélérateur du processus d’évolution, chacun des composants ne pouvant a priori évoluer librement sans entraîner des conséquences en cascade sur les autres éléments avec lesquels il interagit.
 
Analyser l’auto-incompatibilité chez les plantes à fleurs
Le projet de recherche NOVEL «Co-évolution et émergence d’innovations fonctionnelles: diversification allélique et dominance au locus d’auto-incompatibilité chez Arabidopsis» analyse ce phénomène en se focalisant sur un système génétique particulier et relativement simple : l’auto-incompatibilité chez les plantes à fleurs qui est présent chez près de la moitié des espèces végétales. Ce système permet la reconnaissance du soi et possède des analogues chez les animaux ou les champignons. Chez les plantes hermaphrodites, ce système agit lors de la pollinisation et empêche le risque de consanguinité par une reconnaissance et un rejet spécifique du pollen provenant de la même plante. Les travaux récents de l’équipe ont contribué à mieux décrire tant les partenaires moléculaires qu’il implique que ses conséquences écologiques. Le projet NOVEL vise à comprendre et analyser les interactions entre ces partenaires moléculaires et les contraintes qu’elles imposent sur l’évolution de ce système.
 
Une reconnaissance internationale
Les Consolidator Grant, décernés par l’European Research Council ont pour objectif de soutenir l’excellence et le dynamisme de la recherche en Europe. Ils récompensent des chercheurs de toute nationalité possédant entre 7 et 12 ans d’expérience depuis l’obtention de leur doctorat (ou diplôme équivalent) avec un parcours scientifique très prometteur. Les Consolidator Grant sont de véritables indicateurs d’excellence internationale qui permettent au porteur, à son équipe, à son institution et à la région de gagner en visibilité.